Le brassage

 

 

Le brassage

 

1. Le malt est moulu jusqu’à être réduit en une poudre fine et entreposé dans des silo.

2. Puis il est mélangé à de l’eau dans une cuve de brassage. Cette pâte est alors réchauffée. Les enzymes peuvent à présent transformer en sucres l’amidon contenu dans les grains de malt. Ces sucres vont ensuite subir une fermentation.

3. Après cette étape, les résidus de malt excédentaires sont filtrés. Ne subsite alors qu’une solution pure, composée de sucres fermentables que l’on apelle le moût. La quantité de houblon voulue est ajoutée afin de conférer à la bière son arôme spécifique. Le moût est boulli. Après la cuisson, on filtrera une fois encore afin d’éliminer les résidus de houblon.

4. Le moût est ensuite refroidi jusqu’à ce qu’il atteigne la température ad hoc pour la fermentation. De la levure est ajoutée au moût afin d’enclencher le processus de fermentation. La levure transforme alors les sucres en alcool et en gaz carbonique (CO2). On laissera le moût fermenter et acquérir son goût durant quelques semaines – celles-ci étant fonction du type de levure utilisé.

5. Maturation: C’est au cours de cette phase que naîtra une bière possédant le bon pourcentage d’alcool, avec tout son ampleur de goût et l’arôme desiré.

6. Si l’on parle déjà de bière à ce stade, il faut préciser qu’elle est encore trouble en raison des traces de levure. Certaines bières spéciales ne sont pas filtrées et restent troubles (surtout pour les blanches et les bières spéciales refermentées en bouteille).

7. Une dernière filtration la rendra limpide, prête à être conditionnée en bouteille, canette ou fût.

 

Afin de garantir la qualité de la bière, des échantillons sont prélevés lors de chaque phase du brassage. Grâce aux installations de brassage modernes, tout le processus se déroule dans des conditions d’hygiène optimales.