News Christian Deglas - FÉVRIER 2018.

POMPES & CIRCONSTANCES !

Au regard de nombreuses nouvelles bières, le débit de celles-ci s’assimile à une évolution on ne peut plus logique. Certes, le puriste des cervoises reste fidèle à une consommation traditionnelle surtout pour les productions de fermentation haute offrant en bouteille une lie de levure. Il va en soi que c’est un atout savoureux supplémentaire riche en vitamines B. Cependant cette dernière n’est pas toujours bien acceptée par le système digestif et procure assez régulièrement des tourments une fois digérés avec notamment des effets laxatifs. Toutefois, les avantages sont plus nombreux que ses inconvénients. En effet, le fond de lie composé de levure, offre une qualité supplémentaire au goût de la bière, relevant l’aspect malté subjuguant presque l’amertume finale. Par contre, elle apporte un flou à la robe de la boisson, plutôt visible avec les blondes.

Les nouveaux jeunes brasseurs, connaissent bien sûr cet aspect secondaire, et toutefois, désireux de faire connaître leurs produits au grand public, en participant à des festivals ou foires brassicoles. Dès lors, il leur est indispensable de pouvoir formater autrement leur production via la pompe à bière. Celle-ci fort décriée il y a quelques années, les systèmes de débits ont subi ces dernières années des nouveautés surprenantes, permettant aux consommateurs de bières artisanales, de ne plus ressentir les effets du CO2 indispensables jadis pour mettre la pression aux ales afin d’offrir un col de mousse consistant. Aujourd’hui, bien fort serait qui décèlerait une consommation de bières en bouteilles de celles dites à la pression.

L’un des maîtres européens du formatage de la bière à la pompe est le fabricant des Etablissements Antoine. Couvrant près de 90% du marché belge, la famille Antoine a non seulement conçu des systèmes de pompes sur mesure mais les a même modernisées jusque dans les moindres détails. Aussi encombrantes étaient les systèmes des années ’60, aussi performantes et plus condensées elles le sont aujourd’hui. Elles apportent une qualité exceptionnelle répondant à la fois aux exigences du brasseur comme à celles du consommateur.

HYGIÈNE :

Les risques d’infection de produits à la pompe étaient assez courants, surtout lorsque le cafetier après une longue journée aux manettes de son comptoir, ne trouvait plus le temps d’évacuer les restes de bières dans ses pompes. Aujourd’hui, la solution technique a été trouvée grâce aux nouvelles techniques de pompage, avec un système compact incorporé aux fûts maintenant la température constamment entre 2 et 4°C. Les risques de sursaturation des bières, surtout non filtrées, sont quasi réduits à zéro risque.

ÉCONOMIE :

Avec la basse température comme alliée, il n’y a pas non plus de gaspillage de bière. Le rinçage à l’eau n’est plus obligatoire entre chaque fût à condition toutefois qu’il s’agit de même type de bières. Ce système permet une économie d’énergie de 30% ainsi que 40% en moins de consommation de CO2.


LONGUE CONSERVATION :

Le gros avantage de ce nouveau système de pompes, le brasseur ou le cafetier peut garder le fût en perce jusqu’à 3 semaines sans altérer le goût de la bière.

MAINTENANCE :

Enfin, et pas une tâche des moindres, l’utilisateur de ces nouvelles générations de pompes « COOLED KEG DRAFT SYSTEM » se voit faciliter sa tâche de sanitation de l’après-usage, car elle est comparable à une installation classique. Donc point de nouvel apprentissage pour le cafetier et donc pas d’erreur possible. Soulignons cependant que le groupe de réfrigération est amovible.

L’installation du meuble est compact et prends place en un bloc très près des pompes de sorties. Le tirage de la bière fait appel au système de frigos fûts.

Elles sont déjà découvertes lors de la cérémonie inaugurale, la Duvel au fût. Selon d’autres échos, 2018 pourrait voir apparaître à la pompe, la Triple Westmalle, la Rochefort 8, outre la Chimay Blanche l’abbaye pourrait confirmer aussi la Chimay Bleue. Nombreuses sont aussi les nouveaux micros brasseurs pour qui cette nouvelle technique est fiable et pratiquement aisée. Ci-dessous, dans l’épisode du « Tournai Beer Festival 2018 », un bon nombre de nouvelles productions se trouveront à la pompe.

 

Voilà donc un système qui appellera de nouvelles vocations au métier de cafetier mais aussi pour tout un chacun, désireux d’épater ses invités à un barbecue maison !

 


TOURNAI BEER FESTIVAL LES 24 & 25 MARS 2018.

Avec cette nouvelle édition du Tournai Beer Festival, il vous sera possible d’apprécier nombre de bières ainsi que des inédites et de constater les évolutions des techniques de différents débits. Près de 20 brasseries se retrouveront dans le merveilleux site de la Halle aux Draps. Certaines sont des fidèles des lieux comme d’autres seront de véritables découvertes.


STAND n° 1 : BRASSERIE BÉQUIN :

Cette nouvelle petite entreprise s’est établie au centre de Mouscron, précisément à la rue des Brasseurs. Au travers des 2 bières qu’il présentera au festival, le jeune brasseur, Mr Lahrichi, rend hommage à sa région. La « BÈQUIN » (6,5%) est déjà tout un symbole car son nom évoque la chanson attitrée de la ville de Mouscron. Cette bière ambrée de caractère rime avec une amertume très prononcée car elle est composée sur base de 3 houblons locaux issus des récoltes de Ploegsteert. A ses côtés, le brasseur présentera sa toute nouvelle production, « La Mouscronnoise » (8%) une blonde triple faisant également appel à 3 types de houblons mais dont les tons savoureux sont nettement plus maltés et l’amertume plus arrondies.


STAND n°2 : BRASSERIE DES CARRIÈRES :

L’une des brasseries locales qui a déjà bâti sa bonne réputation sur la « Diôle » devenue leur véritable cheval de bataille. Elle s’étale sur 3 versions permanentes avec en hiver, la version Noël dont les toutes dernières gouttes pourraient encore trouver son verre en cours de festival.


STAND n°3 : BRASSERIE CAULIER :

Elle se situe dans l’un des villages du Hainaut Picard. On lui doit la Bon Secours mais aussi la dernière bienvenue, la « Paix Dieu », une bière d’abbaye version triple (10%) brassée uniquement les nuits de pleine lune. Elle se caractérise aussi avec son verre unique, taillé en son bord de façon oblique.


STAND n° 4 : BRASSERIE DU VAL DE DENDRE :

La plus récente des micros brasseries hennuyères, mais déjà avec un produit qui résonne « champagne » nommée la « Brute » (7%). Avec l’aide de son père, François Couvreur a terminé la dernière main de sa propre brasserie. Dorénavant, c’est chez lui qui seront produite ses bières, parmi lesquelles une toute nouvelle la « PURE » (5,9%) qui sera présentée au festival, alliant dans sa maturation vin blanc et bière. Nous la découvrirons ensemble mais d’ores et déjà, elle s’annonce très fournie en arômes et saveurs


STAND n°5 : BRASSERIE BRUNEHAUT :

A l’ombre du fameux mégalithe du village, à la croisée des 6 chemins, se situe la brasserie de Marc-Antoine De Mees. Sa renommée dépasse la frontière belge, dont la France très proche avec la région de Pévèle ravie d’être assimilée à l’une des productions de la brasserie, la gamme Saint-Martin. Néanmoins, la petite entreprise brassicole est la pionnière des bières biologiques et surtout auteur de la première bière sans gluten. La plupart seront présentes à Tournai et ne manqueront certainement pas d’attirer beaucoup de curieux.


STAND n°6 : BRASSERIE DUPONT :

On ne présente plus la Moinette et surtout sa réputée « Avec les Bons Vœux » bière jadis classée de Noël, mais dorénavant en permanence sur la carte de la brasserie. Notons encore sa « Saison Dupont » en version normale mais également titrée « bio ». Chez Dupont est roi, le houblon. Chaque production est un chef d’œuvre en soi. Elle se devait d’être présente à Tournai.


STAND n°7: BRASSERIE VAN EECKE:

C’est au cœur même des champs de houblon près de Poperinge que l’on retrouve cette brasserie qui bien entendu produit des bières de caractère très houblonné dont la gamme des « Kapitel » jadis mentionnée comme trappiste mais suite à une décision judiciaire définissant la catégorie des productions brassicoles émanant des abbayes cisterciennes, ôta le nom de ses étiquettes. Elle reste néanmoins l’une des meilleures bières sur le marché et connaît ses fanatiques. La brasserie possède aussi d’autres bières remarquables comme la  « Hommelbier » ainsi que la « Watou’s Wit ». Elles figureront bien entendu à la carte du festival.


STAND n° 8 : BRASSERIE D’EBLY :

Incontestablement « La Corne des Pendus » en 3 versions, est l’incomparable bière de cette petite brasserie liégeoise, déjà chargée d’une belle histoire. Elle est fort attachée à son patrimoine d’implantation et se révèle à chaque fois en progression permanente par la qualité de ses brassins. Cette gamme possède un verre tout à fait original, se présentant sous forme d’une corne. Ces verres seront disponibles à leur stand, mais les bières ne seront pas dégustées de ceux-ci, uniquement pour des raisons évidentes de vol de cette véritable pièce de collection.


STAND n° 9: BROUWERIJ BIER BUTLERS:

Cette petite brasserie implantée au cœur de la Flandre occidentale, était déjà présente en primeur l’an dernier à Tournai. Elle a récemment été sacrée meilleure bière lors du plus récent festival brassicole de Roulers. Elle propose 2 bières d’excellence, la « WITTE PATER » (9%)  non pas une blanche mais une forte blonde agrémentée d’un solide caractère houblonnée. L’ « Ardoois Blond » (7,5%) est une blonde triple plus arrondie en raison de différents malts clairs combinés avec moins de densité houblonnée. Cette petite brasserie pourrait bénéficier de réel succès dont beaucoup parmi le public, la découvriront avec grand plaisir.


STAND n° 10 : BRASSERIE CARACOLE :

Le brasseur aura parcouru un long parcours pour parvenir de Falmignoul près de Dinant jusqu’à la Halle au Draps de Tournai. Sous le signe d’un escargot, cette brasserie s’est déjà dévoilée un peu partout en Europe mais aussi aux USA et au Japon. Elle est l’unique brasserie en Belgique, chauffant ses cuves au bois, c’est pourquoi on y retrouve une gamme qualifiée « cuvée grand feu ».
Parmi ses productions, il est aussi normal d’y trouver une bière dédiée au plus illustre habitant de Dinant, Adolphe Sax, la « SAXO » (7,7%). L’un des monstres des bières de leur carte est l’effrayante (par son nom !) « NOSTRADAMUS » (9%) redoutable au palais comme piégeuse à la dégustation. Il vous faudra donc être vigilant dans les quantités !


STAND n° 11 :   BIERODRÔME :

« Ceci n’est pas une ….brasserie » mais une brasserie quand même, dans le sens qu’il s’agit d’un établissement de consommation à Tournai près du Marché au Poisson. C’est devenu un arrêt incontestable pour les puristes de la bière, un endroit où la magie des bières opère une réelle ambiance passionnée où la bière se déguste avec sagesse !


STAND N°12 : BRASSERIE DE BASTOGNE :

« L’Ardenne Stout » (8%), « Ardenne Saison » (5,5%), la gamme « Trouffette » et bien sûr la « BPA » Bastogne Pale Ale (5,5%), …. pour ne citer qu’elles, sont de véritables perles des bières du fin fond des Ardennes. Le célèbre Général Paton ne s’y était pas trompé en démarrant la Bataille des Ardennes depuis une région où les saveurs de la bière réveillent les ardeurs à l’ouvrage. La plupart des productions ont été sacrées dans différents concours et internationaux. Et le brasseur, Philippe, en a encore gardé sous la main pour un avenir très prometteur que même le président Donald Trump nous enviera !


STAND n° 13 :   BRASSERIE AUTHENTIQUE :

Depuis quelques années, cette brasserie utilisant ses propres houblons, s’est aussi mise à produire des produits personnalisés aux services de la demande de particuliers soit à l’occasion d’un événement, un anniversaire, une commémoration ou tout simplement par envie personnelle de posséder sa propre bière en cave. Toutefois, la brasserie possède aussi un produit phare, « L’authentique » composée de 5 versions. Bien que l’ensemble des bières soient de fermentation haute, la brasserie possède aussi une pils non filtrée, à fermentation basse, « La Pils des 3 Canaux » (4,5%) son nom provenant du canal tout proche.


STAND n°14: BRASSERIE DE CAZEAU:

On pourrait la surnommer la brasserie frontière car elle est vraiment située au Nord de Tournai sur la mitoyenneté de territoire franco-belge. Elle n’utilise que des matières premières régions, malts et houblons. Elle ne recèle que quelques perles, comme la « TOURNAY » en hommage à la ville toute proche. Ses versions sont quadruples, mais avec un stout remarquable et une triple de très grande qualité.


STAND n° 15 : BROUWERIJ JESSENHOFKE :

C’est la 3ème année consécutive que cette petite brasserie limbourgeoise de la région d’Hasselt participe au festival. Elle avait étonné de nombreux visiteurs à la fois par l’originalité des noms quasi sans voyelles, de ses bières, relevant à la fois mystère mais explicatifs. Elles se conjuguent en 6 versions toutes définies originellement. Les unes évoquent les parfums du Limbourg, d’autres l’esprit festif de ses occupants. Au fil des années, elle se taille une place incontestable sur la carte des bières de la province.


STAND n° 16 : BRASSERIE LA BIGOTE :

Elle trouve refuge auprès de la brasserie Authentique de Frédérick Baert, c’est dont dire si l’alchimie du houblon est très présente dans la bière. Son sigle feutré d’une moustache (de la langue espagnole « el bigote »), tantôt aux allures fières, tantôt avec ses embouts baissés, évoque l’image du parfait consommateur de bière laissant les empreintes de mousse sur les poils de cette fantaisie très masculine. Par la même occasion, le brasseur rappelle ainsi son long séjour en Espagne.


STAND n° 17 : BRASSERIE ENIGMA :

Cette nouvelle brasserie propose de par son nom effectivement une certaine énigme. Celle-ci réside surtout auprès des produits attirants qu’elle propose. Se voulant conviviale, le brasseur a trouvé la bonne définition de ses productions, notamment pour l’une des plus fraîches et très savoureuse se voulant « faible en alcool mais terriblement caractérielle au goût ». Cette brasserie propose énormément d’originalités tant auprès des saveurs implantées dans l’amertume, les fruités ainsi que les bières noires teintées de malts torréfiés. Elles ont pour nom, « TAMERA BLONDE TRIPLE (9%), « RAGARÖCK BLONDE (5,5%, « BLACK FUEL QUADRUPLE (9%), « DRAGORA BLONDE » (7%), « LUPULIN MONSTER IPA » (7%), « HADES IMPERIAL STOUT » (10%) et « SANDERIJN SAISON » (7,5%) présentant toutes un look terrifiant ! Présent pour la première fois à Tournai et encore méconnue du grand public, elle étonnera très certainement les visiteurs de ce festival.


STAND n°18 : BRASSERIE SAINT-FEUILLIEN :

C’est incontestablement l’une des brasseries phares non seulement de Belgique mais aussi sur le plan international. La gamme Saint-Feuillien est auréolée chaque année lors de festivals brassicoles ou concours de bières. La St-Feuillien Grand Cru continue sa croissance impressionnante et c’est bien normal car il s’agit d’un des meilleurs crus de la carte brassicole belge. N’oublions pas non plus la Saison ainsi que la IPA Belgian Coast ainsi que les Grisettes fruitées. Un stand à Tournai qui aura une constance de public !


EN ATTENDANT LE PRINTEMPS !

Encore un peu de patience, et nous verrons comme pour les perce-neige, de nombreuses nouveautés brassicoles voir le jour. Néanmoins avec cet hiver relativement humide et froid, certaines nouvelles bières sont précoces et seront présentes déjà maintenant sur le marché belge.


BRASSERIE BIRRA DEL BORGO.

Cette moyenne brasserie située dans la région de Rieti en Italie centrale, vient de voir s’ouvrir les portes en exclusivité auprès des magasins Delhaize. L’entreprise italienne est riche en proposition de types de bières. Cependant 3 d’entre elles ont reçu le consentement pour une présence dans les rayons de la grande surface belge.

DUCHESSA (5,8%) :

Il s’agit d’une très élégante blonde surmontée d’un col de mousse vivifiante à l’image de cette région où les secousses telluriques sont régulières (cf. L’Aquila). Sa saveur est légèrement amère agrémentée de beaucoup de rondeur. Son introduction est « piquante » en langue, et développe seulement sa modeste amertume en avant dernière étape pour libérer en conclusion une touche plutôt maltée mais finalement un final sec. Elle se définit comme une bière plutôt désaltérante.

LA DORATA DEL BORGO CORTIGIANA (5%) :

Elle s’inscrit dans les tons alcooliques de la précédente avec malgré plus de corps en amertume et surtout un nez plutôt agrume. Sa composition donne plus de place à des houblons plus typés et n’offre qu’une activité pétillante moins active ce qui ne lui permet pas d’imbiber le piquant en langue. Sa robe blonde est plus voilée mais offre malgré cela une mousse soyeuse constante ainsi qu’un très bon arrière-goût amer. Très plaisante mais sérieuse.

LA REALE (6%) :

Cette ambrée possède une robe ambrée dans ce trio de bières italiennes. Elle confirme ce que l’on attend de ce type d’ale. C’est donc sans surprise qu’on lui détecte un rapprochement avec la saveur d’un pale ale affichant des relents boisés mais pas caramélisés. Elle ne pointe pas vraiment d’amertume et laisse tout le loisir de développer ses esprits fumés de malts, soutenus d’une saveur boisée et dénuée de toute douceur. Elle se consomme avec beaucoup d’attention en raison de ce caractère chaud et complexe à la fois. Sa mousse est généreuse mais non centralisée et plutôt accrochée sur les bords de son verre.


Henry Brousmiche est un passionné d’aventure, de voyages en Afrique et de bières. C’est au travers de celles-ci qu’il exprime avec savoir-faire, le bonheur de ses expériences. Il propose pour l’instant 2 crus aux couleurs du Continent Africain.

La COUAGGA (7,4%) contradictoirement à l’Afrique est une bière blanche représentant le zèbre. Elle est simple et complexe à la fois, rythmant par paliers l’important de ses malts y compris l’importante teneur en froment. Comme le zèbre alterne les coloris, dans ce cas ce sont les saveurs qui chevauchent son tempérament par le fruité, une légère acidité et un certain caractère houblonné. Cette combinaison procure à cette bière un parfait moment de désaltération surtout lors de journées suffocantes.

La NYALA (8,4%), en référence à l’antilope des montagnes, est plus généreuse encore jonglant avec souplesse une complexité de saveurs riches en profondeur. Elle exprime une sensation sécurisante grâce à son zeste caramélisé accompagnant une amertume régulière mixée à une certaine douceur. Cette ambrée symbolise ainsi le parfait équilibre que son animal symbole se doit de posséder en haute montagne.

www.brasseriedechastre.be


Lors du prochain numéro à la mi-mars, nous découvrirons les 2 nouvelles trappistes dont celle de Spencer (USA) qui sortira la « PEACH SAISON » 4,3%, étant ainsi la toute première bière fruitée dans cette catégorie. Enfin côté anglais, ce sera aussi une grande première avec la mise sur le marché de la première trappiste anglaise de l’abbaye Mount-St-Bernard de Whitwick près de Leicester.

Mais avant de se quitter, ce petit clin d’œil à l’occasion du mois « tournée minéral ». La brasserie Moortgat/Duvel vient de sortir sous le label « Vedett » une eau pétillante en cannette affichant en toute sécurité un 0,0%.


 

Cheers !

 

Christian DEGLAS.