Les Nouvelles de Christian Deglas - NEWS JUILLET/AOÛT 2017

LECTURES BRASSICOLES.

L’été à la terrasse, à la plage, au jardin ou dans son fauteuil de salon, ce n’est pas uniquement la détente en dégustant une bonne bière fraîche. Elle s’agrémente aussi de bonnes lectures! Et pour vous Chers Lecteurs passionnément portés vers la soif d’en savoir toujours plus sur le monde brassicole, voici 2 nouvelles publications qui vous intéresseront.


CANETTES & CANICULES !

Si le printemps 2017 a plutôt été morose et froid, on peut constater que l’été par contre a sonné avant l’heure, avec un soleil très généreux ainsi que des températures au-dessus des moyennes de saison. Bien vite, la Belgique a repris goût aux plaisirs des terrasses ainsi qu’à une tendance au retour vers les canettes de bière. Celles-ci ont même élargi leurs variétés grâce à de nouvelles recettes, parfois tout à fait inattendues pour certaines catégories où on ne les attendait pas.
Souvent bannie par les puristes de la bière, la canette grâce aux généreux rayons de soleil, est parvenue à redorer son blason en élargissant même de nouveaux amateurs. Trop longtemps, la canette de bière est considérée pour n’être que des bières à soif, et n’impliquaient que des brassins de productions de basse fermentation, type pils mais aussi quelques fruitées. Elles ne jouissaient pas non plus d’une bonne réputation car sa clientèle possédait aussi une image de « poivrots ». Ce qui dorénavant n’est plus vraiment le cas. Nous ferons toutefois remarquer auprès des consommateurs, qu’une fois consommée, il serait plutôt très correct de ne pas jeter les canettes tout simplement sur les voies publiques et dans la nature. La bière se mérite mais il faut le prouver par ce geste simple et écologique.

Pour cette double revue de presse, nous avons parcourus le plus objectivement possible, ce marché très spécifique.


COLONEL ARCH (6%) À SES ORDRES !

Elle indique une méthode de brassage à l’américaine, ce qui en soit sous-entendant, une fois de plus un caractère amer. Malgré effectivement une amertume prononcée (50 EBU), comme très souvent toutes les productions US, elle aligne aussi ses parts plus douces et maltées. Son image me faisant plutôt penser à un hibou, lui donne du grade et du respect. Sa sévérité est un peu comme une main de fer dans un gant de velours. Elle fait appel à un houblon très particulier et encore trop méconnu mais malgré tout déjà réputer pour sa tolérance savoureuse avec ses partenaires de recette. Ouvrir la canette de 50 cl vous permettra de trouver le temps d’en apprécier ses qualités qui semblent se différer au fil des gorgées. Elle possède d’excellentes qualités digestes, qui lui donnent des atouts pour accompagner un barbecue de viande rouge et de poissons.


POLARIUS HAUTE EN GOÛT MAIS DE BASSE FERMENTATION.

Son nom dévoile la préférence de son houblon vedette, le Polaris. Toutefois, il est accompagné d’un partenaire plus conventionnel comme le « Hallertau Mittelfrüh ». Ce dernier l’assiste pour parvenir à une saveur plus proche d’une premium lager belge rappelant mieux les pils bavaroises et tchèques. Sa saveur est aussi plus maltée ce qui l’équilibre plus souplement malgré un 5% très modeste. Pour décrire sa saveur, je la comparerais à un saut de trampoline, et donc répétitif jusqu’à sa dernière gorgée. Elle se rapproche de fort près des productions classiques accompagnant des BBQ conventionnels. Elle tolère les accompagnements très épicés, et dès lors elle assume son rôle de pompier afin d’atténuer la conséquence de brûlures de piquant à la langue. En cours de déguster, elle dévoile un attachement et beaucoup de sympathie savoureuse.


BLANCHE DE THINES (4,8%) TERROIR DU BRABANT WALLON.

Thines est un petit village situé au Sud de Nivelles dans la province du Brabant Wallon et est un véritable grenier agricole. Le malt et le froment y poussent généreusement, d’où la référence à cette bière blanche. En version canette, elle conserve toutes les particularités d’une blanche traditionnelle avec moins d’acidité ainsi qu’une atténuation de la coriandre. Elle excelle par sa saveur désaltérante et dans cette version procure une meilleure sensation de fraîcheur.


APPELEZ-MOI « GORDON » !

La brasserie John Martin a été l’une des premières en Belgique à développer une gamme importante de canettes de bières. Elle produit ainsi des types de saveurs multiples et aux robes différentes. Blondes, ambrées et brunes se côtoient pour le plus grand plaisir des saveurs brassicoles. Ce sont aussi les bières de cette gamme qui offrent les pourcentages alcooliques les plus élevés jusqu’à plus de 14% ! Inutile de préciser que ces breuvages ne sont pas destinés à la grande soif mais bien à la dégustation en terrasse par exemple les belles journées ensoleillées. Le haut de gamme comprend donc 2 nouveautés, la «Gordon Finest Carbon 14» (14,1%) présentant un combiné de saveurs et d’arômes forts caractériels vous avertissant de son très grand sérieux. L’amertume est très présente et enroulée d’une certaine douceur comme la mousse en bout de vagues d’une mer écossaise s’écrasant sur les falaises sauvages. Bue fraîchement, elle se dévoilera très progressivement au fil de la dégustation.

Dans un même ton de tradition écossaise, la « Xplosion Honey Whisky » (9%) associe saveurs alcoolisée de la boisson phare de la patrie du kilt avec le nectar des abeilles dont le miel est extrêmement raffiné car provenant des fleurs côtières bordant la mer d’Écosse imbibée des vents salins du grand large. Sa dégustation prudente en raison du ton élevé d’alcool, s’apprécie bien plus loin encore que sa conclusion.


« CHOISIR ET ACHETER SA BIÈRE EN 7 SECONDES » d’Elisabeth Pierre (Editions Hachette).

Comme l’indique son intitulé, il ne vous sera désormais plus permis de ne pas orienter avec exactitude, le choix de votre bière. Elisabeth Pierre, une Française, experte en bières, met à votre disposition tout ce qu’il faut savoir dans votre choix de bières. Elle détaille pour vous tout le décryptage des étiquettes de bières, afin de ne pas vous laisser sur votre soif et surtout vous décider sur un choix déterminé et bien informé de vos souhaits. Un titre bien résumé mais complet qui vous donnera l’impression dorénavant de ne pas rentrer l’esprit naïf chez un distributeur de boisson et même lui sembler connaisseur en la matière. Il y a tellement de choix en matière brassicole, que cet ouvrage ciblera mieux encore votre trajet d’achat et vous épatera même au moment de décapsuler votre bouteille.

Un ouvrage complet et nécessaire, pour ne plus acheter une bière comme une limonade.


« DE BIERICONEN DER LAGE LANDEN » par Jan Machiel van Bragt et Toon van den Reek (Birdy Publishing).

Ce beau livre, est plutôt un rassemblement de diverses histoires voire biographie, de ceux et celles qui ont marqué l’Histoire de la bière de son empreinte. Il s’agit d’une sélection très subjective à mettre sous le tempérament des Néerlandais qui possèdent néanmoins un regard totalement différent sur le monde brassicole. Et pourtant, le résultant est très probant, car il évoque tantôt les anecdotes de certaines bières, comme celles des brasseurs qui les ont façonnées. Comment ne pas oublier la fabuleuse trajectoire de Pierre Celis, le concepteur de la célébrissime blanche de HOEGAARDEN. Fort richement illustrées de photos inédites, ressorties pour la plupart de collections privées appartenant aux brasseurs, vous comprendrez mieux encore que le succès d’une bière est parfois lié à un simple fait de vie mais tout gardant en permanence l’empreinte de celui qui l’a façonnée.

Pour l’instant seulement édité en néerlandais cet ouvrage sortira fin d’année en version française et probablement anglaise.


« 13 » CRAFT PILSNER.

Voici l’une des dernières nées de la production en canette. Son approche s’effectue tout d’abord par les nombreuses références auxquelles elle fait allusion, question d’effectuer déjà une mise en bouche avertie. Elle affiche un modeste 4% vol. alc. mais cache de nombreux atouts dont une amertume côté à 55 EBU et composée essentiellement de houblons belges. Elle s’avère inspiratrice de délassement, surtout lorsqu’on la conjugue sur l’air d’un rock’n roll ! Cette bière non pasteurisée, et donc possédant une vie supplémentaire, pourrait se révéler après un été torride comme une boisson très conviviale, sans faire monter trop vite la phase d’ivresse. Elle se déguste cependant avec beaucoup d’attention et s’accompagne fort d’une délicieuse salaison.


TORPAH90, DES VACANCES À L’AMER !

Une single hop ne faisant appel qu’à un houblon, mais pas n’importe lequel. En effet, c’est le « CHINOOK » venu tout droit de l’état d’Idaho aux USA qui façonne toute son amertume. Le Chinook est cependant un houblon de grande qualité mais dont la production est en phase maximale, dont parfois difficile à trouver. « Torpah90 » (6%) rimant avec IPA, affiche un 90 EBU sur l’échelle de l’amertume, ce qui doit la situer très certainement parmi la plus amère de Belgique. Curieusement, cette sévérité se communique au palais de façon très élégante, sans agressivité mais décelant ainsi le caractère très particulier de son houblon. On lui découvre un nez très agrume, évoquant le pamplemousse. Il va sans dire qu’elle se déguste plus aisément bien frappée et dans un verre sans pied.


GUINNESS DRAUGHT COMME À DUBLIN !

Il ne vous faudra pas nécessairement sortir de chez vous et prendre l’avion pour Dublin pour apprécier une véritable Guinness à la pression. Depuis quelques années, la Brasserie John Martin vous permet de rêver aux merveilleux espaces verts de l’île aux trèfles et vous balader dans Temple Bar de la capitale de l’Irlande du Sud où joie et bonne humeur sont toujours au rendez-vous. En outre, cette version canette vous entraîne dans la tradition d’une véritable Guinness au fût se versant verticalement au verre et équilibrant sa mousse un peu comme un Irish Coffee, grâce à sa bille interne réglant le débit de sortie de la bière. Elle permet d’étaler gracieusement son manteau rubis foncé et de faire remonter sa mousse comme une jolie dame vous montrerait son genou ! En outre, son modeste degré alcoolique vous autorise plus qu’une dégustation avec à chaque épisode ce même plaisir d’avoir devant soi un véritable moment de bonheur.


CANETTES EN DEVENIR ?

Concluons par un constat. L’évolution de la canette n’en est qu’à ses prémices. Elle va encore progresser dans sa présentation comme dans ses possibilités techniques. Elle deviendra un produit de référence en qualité à condition de répondre aux critères d’hygiène de sa production et n’utiliser dans sa conception, des matériaux métalliques absents de toute faiblesse. Contrairement à la bouteille en verre, la matière inoxydable des canettes offrira plus de sûreté et de protection à la consommation. La qualité des saveurs sera nettement supérieure qu’avec des matières synthétiques. La conservation en récipients fermés et opaque permettent une garde plus longue et sécurisée grâce à une parfaite étanchéité de lumière et d’air.


LA DUVEL AUTREMENT !

L’amateur de Duvel est certes un véritable amateur de bière. Il ne concède pas beaucoup de tolérance sur les écarts ou fantaisies. S’il aime la bière, c’est parce qu’elle répond aux critères classique de ce qu’on attend d’elle, c’est pourquoi, son choix s’est porté vers la Duvel. Toutefois, sa passion a été mise à l’épreuve lorsque le brasseur de Breendonk a avancé 2 bouleversements importants dans l’évolution de cette bière de référence pour la Belgique. En effet, dorénavant, cette pure merveille de houblons, au verre si particulier, à la robe exclusive, accompagnée d’un perlé exemplaire et couronné d’une mousse magique, se conjuguera dorénavant en fûts. Bien évidemment, il ne s’agira pas d’une bière simplement à la pression, elle se distinguera à sa manière avec des contenances plus modestes à chaque fois munies d’une connexion nouvelle pour chaque entame de tonneau. Difficulté supplémentaire et pas n’importe laquelle, le Duvel sera servie selon 3 versions de volume, en verre de 15cl, 25cl et 33cl. En outre, contrairement à n’importe quelle bière pour l’instant, elle se débitera à 4°C afin de lui apporter une sévérité de goût tout aussi amère, lui évitant ainsi un éventuel adoucissement du CO2 par la pression.

Enfin but not least, la consécration. Elle regroupera d’autres bièrophiles que les puristes de la Duvel. En effet, à l’image des brasseries sœurs du groupe Moortgat, voici l’incontestable future reine des palais, la « DUVEL BARREL AGED » mûrie en fûts de Bourbon et destinée à combler à la fois vos caves d’un précieux breuvage tout comme un raffinement suprême du palais. Cette nouvelle production doit savoureusement encore être domptée, mais encore jeune pour l’instant, elle étale déjà ses atouts futurs, sous 3 étapes encore proches qui devront se détacher avec l’âge. Elle offre ainsi une introduction furtivement amère pour rappeler son ADN, relayée par une subtile douceur d’écorce d’acacias et vanillée mais surtout auréolée d’une saveur finale signée « Bourbon ». Il s’agit là d’un cru exceptionnel mais dont le prix (24,99€) de la bouteille (numérotée), dont la production est limitée à 24.000, semble aussi extravagant. Quand on aime on ne compte pas (plus) ! 

Bonnes vacances à tous. Cheers.


CANETTES COLLECTORS.

Certains brasseurs, collectionneurs à leurs heures, ont trouvé l’idée intéressante à la fois pour eux mais fort heureusement aussi pour les autres, de produire leur bière en canette mais tout en lui donnant une saveur particulière grâce au symbole du nom quelle représentait. Bien entendu, à la base, ce sont surtout les optiques commerciales qui comptaient, dès lors que la demande émanait de personnes ou de groupes médiatiquement connus. Les premières initiatives provenaient du milieu de la musique et en particulier le monde du hard rock. Généralement les membres qui composaient ces formations ne négligeaient pas leur passion pour la dive bouteille. Toutefois, l’idée que leurs fans se rassembleraient autour d’une même bière représentant leur groupe musical chéri, fut très vite concrétisé. A défaut de la bouteille à étiquettes, l’idée de canettes sculpturales prit le pas, initialement pour des raisons de sécurité évident les bris de verre mais surtout esthétiquement car le format en boîte permettait une pièce plus riche tout en contenant une bière très expressive répondant aux saveurs favorites des musiciens du groupe. Les Américains, KISS, furent parmi les pionniers de ce type de marketing, précédés un peu auparavant par les Anglais de STATUS QUO. Ce fut ensuite une pléiade d’autres noms qui suivirent comme ACDC, U2, MOTORHEAD,  mais pas suffisamment en nombre, de telle sorte que ces canettes sont toutes devenues de véritables collectors. Leur contenu, toujours de la bière, sont généralement peu riches en saveurs et toujours de fermentation basse. Après tout, ce n’étaient que des objets de collection qui ne s’apprécient que sans les consommer, un peu comme les mignonettes de liqueurs, dont les bouteilles n’ont de la valeur que si elles restent fermées et donc non consommées.